Canada Dry

Canada Dry

C’est presque en voisin que ce coloré Canada Dry vient se faire soigner dans le nouvel atelier.

Toutes les étapes ne sont pas mentionnées car il ne s’agit pas

d’afficher en détail chaque opération mais de montrer les grandes

lignes de l’avancée de la révision en cours.

 

PLANCHE DE FOND

Retirons la planche de fond et posons-là sur les tréteaux de travail.

 

Commençons par les relais.

Resserrage des vis, nettoyage des contacts, contrôle du bon comportement.

 

Les relais sortis de leur support.

Inspection un par un.

 

 

 

Les flèches désignent les tête de soudure des lamelles du relais.

Ca se voit à peine, mais ces têtes se touchent. C’est comme si les lamelles étaient en contact permanent.

Je relais concerne, de mémoire, le double bonus. Ce qui veut dire que ce double bonus serait activer en permanence.

Naturellement, rien de grave. Il suffit d’éloigner délicatement ces soudures l’une de l’autre de quelques millimètres.

 

 

Sur cet autre relais, une panne régulièrement rencontrée.
Une lamelle est sortie de son logement et bloque le relais en position activée.
Ce relais ne fonctionnera donc pas.

 

Là aussi, ça se règle très bien.

 

Vérification des écarts entre les contacts en fonction de la position repos ou activée du relais.

 

Occupons-nous des contacts du moteur.

 

Graissage des engrenages.

 

 

Puis quelques rotations pour lubrifier correctement toutes les parties des engrenages.

 

Ponçage des connecteurs.

 

 

 

Passons au « Coin Unit » gérant le nombre de joueur.

D’un côté les rivets et patins en cuivre, de l’autre la mécanique.

 

 

 

Nettoyage des contacts, huilage, contrôle des ressorts.

Ce bloc sera dépoussiéré, comme tout le reste des éléments, avec un compresseur avant de remettre la planche dans le flipper.

*

 

 

L’autre face.

 

 

 

 

Ponçage des rivets.

 

 

On le voit, les lames ne coulissent pas toutes correctement.
Celles sous les flèches sont trop basses.
Un petit nettoyage et quelques gouttes d’huile pour remettre tout ça en ordre.

 

C’est beaucoup mieux comme ça.

 

 

Ce fusible n’est pas adapté. L’étiquette (et le schéma constructeur) indique 10A et non pas 20A

 

Protégeons correctement ce circuit en mettant la bonne valeur de fusible.

 

Le cordon d’alimentation est au bout du rouleau, remplaçons-le.

 

L’opération n’étant pas spécialement passionnante, voici simplement le nouveau cordon en place et solidement soudé et attaché.

 

Ce sera ensuite un bon coup de soufflette et la planche retourne dans la caisse.

 

PLATEAU

Retrait des décors, plots, caoutchoucs.

 

 

Pendant que les plots et vis partent dans le bac à ultrasons pour nettoyage bien comme il faut, occupons de l’autre côté de plateau.

 

PLATEAU CÔTÉ MÉCANIQUE

Déposons le plateau sur les tréteaux de travail.

Et c’est parti pour l’opération contrôle et soins.

Serrage des vis des relais.

 

Ponçage des contacts.

 

 

Le « Bonus Unit », ce module crédite, en fin de bille, le score du joueur avec les bonus accumulés.
Lorsque la bille est perdue, le « Bonus Unit » passe en revue chaque cible. Si la cible est tombée, des points sont ajoutés au score.

 

Sur le Canada Dry, cette opération est faite à une allure folle. 

La came tournante désignée par la flèche, passe de rivet en rivet pour additionner les bonus.

Les rivet doivent être propres, ce n’est pas (encore) le cas ici et surtout les lames des cames (wiper finger) doivent être parfaitement arrondies pour passer en souplesse sur les rivets.

 

Retirons cette came tournante.

 

Approchons des lames.

Les extrémités, désignées par les flèches, devraient être arrondies. Celles-ci sont aplaties.

 

On le voit mieux sur la photo suivante.

Pour assurer un bon fonctionnement du « Bonus Unit » remplaçons ces lames.

Retrait de la soudure tenant le fil.

 

 

Mise ne place de la nouvelle lame.

 

Soudure.

 

La manipulation est répétée pour l’autre lame.

Puis nettoyage des rivets.

 

Occupons-nous des points d’éclairages.

C’est amusant, sur ce flipper il y a des ampoules en très bon état et d’autres dans un état épouvantable.

Manifestement, des ampoules (les plus facile d’accès) ont été remplacées par un intervenant.   En revanche, les ampoules dont l’accès plus compliqué n’ont pas été remplacées.

Comme celles de la photo suivante. Pour enlever les ampoules et nettoyer les douilles (flèches mauves), il faut retirer la « bank » de cibles (flèche bleue).

 

 

Voilà une vue plus aérienne.

 

Les ampoules en question, bien fatiguées.

 

Et ici, ces mêmes ampoules et d’autres ampoules qui avaient été remplacées.
Le travail n’avait pas été que partiellement fait.

 

Nettoyage de l’ensemble des douilles du plateau.

 

 

Nettoyage des inserts translucides avec un coton-tige et un peu d’alcool ménager.

 

 

 

Les tests.

 

 

C’est joli avec l’insert translucide propre. Ça laisse passer une belle couleur côté plateau de jeu.

 

 

 

Ici, il manque des vis de maintien de grande « bank » de cibles.

 

 

Ça ne saute pas immédiatement aux yeux mais le ressort désigné par la flèche mauve est cassé.
Il devrait être relié au crochet de la flèche bleue.

 

D’ailleurs, en retirant le ressort, on constate que la boucle est brisée à une des extrémités.

 

Naturellement, tout ces petits soucis sont réparés.

 

FRONTON CÔTÉ MÉCANIQUE

 

 

Commençons par les compteurs, il y en a seize.

 

Retrait de la platine de cuivre.

 

Nettoyage de la platine.

 

Léger ponçage des contacts.

 

 

 

 

Les contacts fléchés doivent également être propres, ils assurent la liaison électrique entre les pistes de la platine du compteur.

 

 

Les autres compteurs sont, de la même façon, contrôlés, ajustés, nettoyés.

 

 

 

 

Sur celui-ci, il manque une vis.

 

Sur celui-là (et sur un autre que je verrai plus tard), il manque la rondelle en nylon.

 

Avec la rondelle en question.

 

Passons aux relais.

 

 

Habituellement, il y a un relais (flèche mauve). Le relais de la loterie.
Ce relais est probablement ailleurs, je le verrai plus loin dans la révision.

 

Serrage des vis de maintien.

Nettoyage des contacts.

 

Le relais suivant est chargé de la remise à zéro des tableaux 3 et 4.
On le voit, il est bien attaqué par la rouille.

 

 

Je vais tâcher d’y remédier pour éviter les soucis de fonctionnement.

 

Il faut séparer les éléments du relais.

 

 

 

 

Ces pièces sont brossées pour supprimer la rouille puis une peinture antirouille est appliquée.

 

 

 

 

Remise en place des éléments du relais.
Et, remplacement du ressort.

 

Ce relais était trop rouillé pour fonctionner normalement. Désormais il est fonctionnel et tout beau.

 

Le « Replay unit », le bloc affichant le nombre de parties pouvant être jouer sans passer à la caisse, est lui aussi bardé de rouille.

 

Outre la rouille, le fil (flèche bleu) devrait être soudé à la borne de la bobine (flèche mauve).

 

Nettoyage des contacts. Notons l’état de délabrement des ressorts.

 

Commençons par brosser et mettre un peu d’antirouille sur la bas du support (flèche).

Soudons le fil arraché.

Nettoyage de la cosse et mise en place du fil.

Soudure.

 

En raison de la rouille, la partie maintenant la bobine est bien grippée.

 

Comme pour le relais, séparons les éléments.

Retrait des vis.

 

Elles sont bien amochées.

Avec un bon ponçage et la peinture antirouille, elles seront de nouveau forme.

La rouille est retirée.

 

Le support de bobine a droit au même traitement.

 

 

Peinture antirouille pour le support et les vis.

Les ressorts sont, bien entendu, remplacés.

 

Au tour du « Player Unit ».

 

 

 

Retrait de la came supérieure.

 

Nettoyage de rivets.

 

Basculons le bloc pour nous occuper des parties mobiles et des lamelles de contact.

 

 

 

 

Quelques gouttes d’huile sur les axes mobiles.

 

 

Le grand ressort au 1er plan est trop mou, il est temps de le remplacer.

Avec le nouveau ressort, l’entrainement du « Player Unit » se fera parfaitement.

 

Un peu de graisse sur les roues dentées, facilitera leur mouvement.

 

Nous pouvons passer sur l’autre face du fronton, le côté éclairage.

 

L’intérieur du fronton lorsque la planche est retirée.

 

Voilà le bestiau sur l’établi pour le contrôle de l’éclairage.

 

Retrait des ampoules.

 

Ça ne se voit pas trop en photo, l’intérieur des douilles est un peu oxydé.

 

 

Léger ponçage.

 

 

Puis la soufflette pour évacuer les résidus.

 

 

 

 

Mise en place des nouvelles ampoules.

 

 

Tests d’éclairage.

 

 

 

Revenons sur le plateau. Nous en étions restés au retrait des éléments.

Retirons à présent les lampes.
Il y en a un peu partout.

Ponçage des douilles pour assurer de bonnes liaisons électriques.

 

 

 

 

La soufflette pour ne pas laisser de résidus qui pourraient créer des courts-circuits.

Léger ponçage des grains de contact.

 

 

Petit polissage des chromes de bordure.

 

C’est plus joli comme ça.

 

 

Ce sera ensuite un coup de soufflette et d’aspirateur sur tout le plateau puis la remise en place des éléments.

 

Maintenant que les principaux éléments sont en place, on peut commencer les essais mécaniques.

 

L’entrainement des rouleaux des scores n’est pas ok sur tous les tableaux.

 

Sur la vidéo, je sélectionne quatre joueurs et j’incrémente à chaque fois de 500 points.
Comme on le voit, sur certains tableaux les 500 points ne pas ok.
Ça patine.

 

Pour l’un des tableaux, la raison vient d’une tige métallique (flèche bleue)

Lorsque tout va bien, le support en plastique (flèche mauve) peut librement coulisser au tour de cette tige.

Celle-ci est tellement rouillée qu’elle emprisonne le support plastique.

 

En retirant le rouleau, on accède à cette tige très oxydée.

 

Retirons-la.

 

J’ai mis un peu d’huile pour la retirer sans endommager le support plastique. On voit à l’intérieur de la rouille qui s’écoule.

 

 

Passage à la brosse et antirouille.

 

Après les autres ajustements et réglages, les compteurs sont ok.

Essais de chaque tableau jusqu’à 5000 points par tranche de 500 points.

 

D’autres problèmes m’ont donné bien des soucis.

Le comportement du lancement des parties, le décompte des bonus ou encore la remise à zéro avaient un étrange comportement.

Des anomalies, pas toujours les mêmes. Bref un comportement mystérieux qui finalement s’explique.

Sur au moins trois relais, les lamelles de contact ne sont pas droites. Je ne sais pour quelle raisons, ces lamelles sont vrillées ou tordues.

Comme si quelqu’un était intervenu en les manipulant sans précaution.

Toujours est-il que les liaisons des contacts étaient bien compliquées.

Ce n’est pas bien évidement sur la photo mais on peut voir les lamelles tordues sur ce relais.
Et pour faire bonne mesure, deux lamelles n’étaient pas dans la bonne rainure.

Elles devraient être bien droites comme sur ce relais du fronton.

Après quelques cheveux blancs supplémentaires et de la minutie, les choses rentreront dans l’ordre.

 

Un fil (flèche mauve) est coupé au « Total Play Meter ». Cette unité totalise le nombre total de parties jouées sur ce flipper.
Ce fil devrait être relié à celui de la flèche bleue.

 

 

 

Dénudons le fil pour atteindre une partie non oxydée.

 

La partie oxydée est supprimée et le fil solidement soudé.

 

 

Passons au xylophone,

Trouver un xylophone n’est pas toujours facile mais parfois on dégote une bonne affaire.

C’est la cas pour ce Canada dry dont le carillon est manquant, un xylophone a été trouvé.

Il est globalement en bon état mais je vais toutefois lui refaire une beauté.

Retrait des lamelles et des différentes parties.

 

 

Il y a de la rouille superficielle.

 

 

 

Les bobines sont traversées par un fourreau (flèches).

 

À l’intérieur des fourreaux, se trouve un cylindre métallique (plongeur) qui, sous l’impulsion d’un courant traversant une bobine, heurte les grandes lamelles.
Ce qui donne le célèbre tintement si spécifique aux flippers.

 

Ponçage de l’ensemble du xylophone puis application d’une peinture antirouille.

 

 

Les plongeurs (flèches) dont nous parlions plus haut.

 

Une meilleure allure tout beau comme ça.

 

Il reste à placer le xylophone dans le flipper.

Les fils ont été coupés, par un précédent propriétaire, et placés sous un chatterton.

 

Dénudons l’extrémité des quatre fils et ajoutons les cosses manquantes.

 

 

 

Le xylophone peut prendre sa place.

 

Il ne reste qu’a brancher les fils.

 

Cool, la sonorité.

 

La structure métallique au dessus de la porte est trop rouillée à mon goût.
Ce n’est pas une rouille gênante mais esthétiquement lorsque l’on soulève le plateau, c’est pas top.

 

Retrait du bloc.

Ponçage et peinture antirouille.

Idem pour la « lockbar ». La barre métallique qui bloque la vitre au dessus de la porte.

 

 

Polissage des écrous décoratifs qui seront posés sur les décors du plateau de jeu.

 

Demain ce sera le nettoyage de la vitre, la mise en place des décors et ensuite deux ou trois jours de tests du flipper pour valider la révision.

 

 

 

 

Le flipper est prêt.