Jack In The Box

JACK IN THE BOX

 

Le diablotin sait mettre l’ambiance.

Sous une apparence tranquille, ce flipper n’est pas facile à dompter. 

 

PLANCHE DE FOND

 

Direction l’établi.

 

La planche est sale mais ce n’est pas ce qui me donne matière à réflexion pour le moment.

Toute mon attention se porte sur le bloc moteur dans l’encadré.

Celui-ci ne tourne pas, ça coince, ça bloque.

 

La raison vient des engrenages.

La petite roue dentée que l’on aperçoit (flèche mauve) devait être au niveau de la flèche bleue.
Ce petit engrenage ne tient plus, cela crée une rupture et la dernière roue n’est pas entraînée.
Ce n’est pas le seul souci, d’autre engrenages sont légèrement voilés ce qui condamne le bloc moteur.

Je remplace ce bloc.
Ce qui implique de retirer le disque supérieur.

 

 

 

J’en profite pour examiner les lamelles de contacts, (flèche mauve) il manque un petit écarteur comme celui de la flèche bleue.

 

On voit peut-être mieux sur la photo suivante, l’endroit où devrait être l’écarteur.

 

Une lamelle avec un écarteur et un moteur engrenage sont mis en place. 

 

La planche prend ensuite, et ce n’est pas du luxe, la direction du jet d’eau.
Pour un toilettage grand format.

 

 

 

 

 

 

 

Après un bon séchage, voilà une planche toute propre agréable à travailler.

 

Le moteur est désormais fonctionnel.

 

Nettoyage des contacts moteur.

 

 

 

Les étages inférieurs sont également à entretenir.

 

 

 

Contrôle des relais.

 

Retrait de leur support

 

 

Contrôle du serrage des vis de maintien.

 

 

 

 

 

Léger ponçage des grains de contact.

 

 

Tous les relais sont vérifiés.

 

 

Contrôle des bobines des relais remis en place.

 

Les connecteurs sont également légèrement poncés afin d’assurer une bonne liaison électrique entre les différentes parties du flipper.

 

 

 

 

 

La « bank » contient une rafale de contacts à vérifier / ajuster.

 

Les lamelles arrières sont accessibles en basculant la « bank »

 

 

Tous les éléments du flipper ayant besoin d’être électriquement alimentés reçoivent une tension, d’environ 6 volts pour les ampoules, et 25 volts pour le reste (rouleaux de score, batteurs, xylophone, relais…) . Cette tension est acheminée, bien entendu, par des fils mais aussi par les grains de contacts sertis sur les lamelles.

Ces grains sont un maillon faible s’ils sont usés ou sales.

Le grain sur la photo suivante est couvert d’une sorte de suie provenant des étincelles répétées se produisant lorsque les contacts entrent en collision.
Rien de grave, ça n’empêche pas le flipper de fonctionner. Nettoyons-le pour que sa liaison soit optimale. 

 

 

 

Puis tour à tour, les autres contacts.

 

 

PLATEAU CÔTÉ MÉCANIQUE

 

Tout de go, occupons-nous du « Bonus Unit »

 

Il y a une face pour la mécanique.

Vérification des ressorts d’entrainement, un peu d’huile sur les parties mobiles.

 

 

 

 

Et l’autre face.

Dégraissage des rivets.

 

Ces rivets sont les points de passage des « Wiper Finger » des lames établissant une liaison électriques pour acheminer des points bonus vers le score du joueur.
Ces « Wiper Finger » doivent avoir une extrémité en arc de cercle..

Là, ce ne pas le cas, l’usure est assez prononcée.

 

 

 

 

Pour la comparaison, voici la forme qui va bien.
Bien entendu, je mettrai les bons « Wiper Finger »

 

Léger ponçage des connecteurs.
Ils entrent en jeu pour les relier électriquement les étages du flipper.
Ces grâce à eux, qu’entres autres, le passage de la bille dans un couloir donnera des points au score du joueur situé dans le fronton.

 

Léger ponçage des grains de contact.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Notons au passage l’usure des caoutchoucs amortisseurs (flèches bleues).

Lorsque les cibles comme celle désignée par la flèche mauve coulisse pour remonter, leur ergot (flèche verte) percute les caoutchoucs.
La révision du flipper est la bonne occasion pour les remplacer.

 

 

Contrôle des relais.

 

 

Retrait de leur support.

 

Serrage des vis de maintien.

 

Nettoyage des contacts.

 

 

Le comportement des relais est également à vérifier.
Le rôle d’un relais est de rompre ou d’établir des contacts entre les lamelles, il n’y a pas d’entre-deux.

Le peigne (flèche mauve) est ici au repos, le relais n’est pas activé.
Les grains de contacts (flèche bleue) se touchent et les grains (flèche rouge) ne se touchent pas.

 

Avec le tournevis, en appuyant sur le peigne, je simule l’activation du relais.

Tous les contacts du relais inversent leur état.

 

On voit peut-être mieux sur le grossissement suivant.

 

 

 

Le relais suivant est bien noirci.
Ce n’est pas forcément signe d’un souci, les étincelles générées noircissent les contacts. Mais ça pourrait être dû également à une anomalie de fonctionnement ; si ce relais-là reste activé en permanence, il y a surchauffe.

 

Ce relais est activé lorsque le bumper (« champignon ») est percuté par la bille du joueur.

On le voit, la liaison des fils de cette bobine ont été modifiés.

Le fil (flèche rouge) a été rabouté au fil de cuivre de la bobine car il manque une cosse de soudure au niveau de la flèche bleue.

Je vérifierai s’il y a un problème avec la bobine ou si tu tout est ok.

 

Pour la comparaison, les fils de l’autre bumper sont bien soudés aux cosses de la bobine.

 

En attendant, nettoyage du relais concerné.

 

Lorsque les contrôle des relais est achevé, je les laisse encore un peu hors de leur support pour m’attaquer aux éclairages, douilles et ampoules.
Deux sont sous les relais.

 

Retrait des ampoules et ponçage des douilles.

 

 

 

 

 

 

 

La grande rampe abrite toutes les ampoules liées aux bonus.

 

Des ampoules fatiguées.

 

Retirons-les.

 

Les « inserts » sont censés être translucides pour laisser passer un bel éclairage sur le plateau de jeu.

La suie présente ne sera bientôt plus présente.

 

 

 

 

 

Tous les « inserts » sont de la revue.

 

 

 

 

 

 

 

 

Les douilles.

 

Arrêtons-nous quelques instants sur le fusible du haut (flèche mauve).

À sa gauche, un fil bleu et à sa droite un fil orange.

Sur le schéma, ce fusible est facile à localiser ; un fil bleu à gauche, un fil orange à droite.
Le schéma indique 2 ampères

 

Or, le fusible en place est de 20 Ampères.

 

En cas de souci, le fusible doit jouer son rôle de fusible en protégeant le reste du circuit.
Je mets la bonne valeur.

 

Mise en place de nouvelles ampoules et essais.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce flipper comporte quatre batteurs, la référence des bobines chez le fabriquant du flipper (Gottlieb) est A-5141.

Il se trouve qu’ici les quatre bobines sont remplacées par des bobines de la marque Williams FL21-28 375/400.

 

Ces bobines sont quasiment de la même valeur en ohms que les bobines d’origine.
Sauf si elles sont défectueuses, je ne vois pas de raison de les remplacer.

Je le verrai au moment des essais.

 

PLATEAU

 

 

Nous allons donner un meilleur aspect au plateau.

 

 

Retrait des décors.

 

 

 

 

 

 

 

Retrait des caoutchoucs.

 

 

 

Retrait des plots.

 

 

 

Retrait des ampoules.

 

 

Ici, l’ampoule est cassée dans la douille. Rien de grave

 

Les décors et les plots vont faire un brin de toilette, il est temps de s’occuper du plateau.

 

Et il y a de quoi faire.

 

 

 

Je m’occupe également des contacts et des points d’éclairages.

Léger ponçage des grains de contacts.

 

 

 

 

 

 

Peu à peu, le plateau devient présentable.

 

À Suivre…