Jungle Queen Yves

Restauration d’un Jungle Queen

Toutes les étapes ne sont pas mentionnées car il ne s’agit pas

d’afficher en détail chaque opération mais de montrer les grandes

lignes de l’avancée de la restauration en cours.

 

Commençons avec la planche de fond


92734 parties en une quarantaine d’années, c’est peu.
Je vois régulièrement des flippers avec 200 000 voire 300 000 parties.

 

PLANCHE DE FOND

Allons voir de plus près.

Avant de commencer les contrôles et réglages des diverses pièces, des points m’interpellent;

Des lamelles du moteur sont bizarrement tordues.

Une vue sous un autre angle.

 

Le plot blanc indiqué par la flèche était manquant. Son sertissage cassé.

J’ai mis un autre jeu de lamelles (rectangle rouge) à la place de celles retirées (cercle rouge).

Il me reste à souder les fils à leur place.

 

Des dizaines et des dizaines de petits résidus de soudures se baladent sur la planche.
Probablement tombés du plateau lors de soudures sans protection de la planche.
Des résidus logés entre des lamelles créeront des liaisons électriques, générant des incohérences de fonctionnement.

Ici, il y a également une rondelle errante, j’en ai trouvé d’autres durant la révision de la planche.

Les branchements de l’alimentation ne sont pas d’origine, les cosses tiennent plus ou moins.

L’empilement de cosses est inutile.

le fil de la cosse pointé par la flèche ne tient pas.

En le manipulant à peine, il sort de la cosse.

Retrait des cosses pour des soudures fiables.

Voilà qui est mieux, les fils soudés sur le transformateur.

 

Poursuite à la lumière du jour, réglage des contacts moteur.
Celui-ci par exemple (flèche) joue un rôle dans le comptage des 500 points.
Sale ou mal réglè le comptage sera nul ou farfelu.

A divers endroits comme ici des têtes de lamelles se touchent, ce qui crée naturellement des anomalies de fonctionnement.

 

 

Il temps de sortir le compresseur et sa soufflette pour chasser la poussière, les résidus de soudure et les éventuelles pièces métalliques orphelines.

La pêche est bonne. Deux rondelles errantes étaient cachées sous le moteur.
La planche est désormais propre.

 

Des ressorts trop tendus nuisent au bon comportement des relais.

Je le remplace par un ressort neuf.

 

Tour à tour, contrôle, nettoyage, ajustement des contacts de chaque relais.

 

Poursuite des contrôles sur les autres éléments de la planche. Nettoyage des connecteurs.

 

Afin de prémunir de problèmes de game over intempestifs, ces deux fils sont soudés ensemble.

 

Réglage du Coin Unit.

Nettoyage des rivets pour assurer de bonnes liaisons électriques.

 

Les patins ne coulissent pas tous suffisamment.

 

Celui indiqué par la flèche ne remonte pas assez, il est bloqué.
Quelques gouttes de dégrippant pour tout remettre en ordre.

 

Lubrification des parties mobiles.

 

N’oublions le coup de propreté dans la caisse.
Perdus sous la planche, des écrous, des vis et autres petites choses métalliques.

 

La planche peut être remise en place.

 

PLATEAU CÔTÉ MÉCANIQUE

 

Ça ne saute pas aux yeux immédiatement, un brin de fil électrique touche quasiment le câble voisin.
Coupons-le.

Le ressort est mal accroché, il est prêt à se décrocher.
Le ressort est en bon état, il n’est pas utile de le remplacer, resserrer la spire de fermeture suffira.

 

Le fil bleu devrait être soudé sur l’une des bornes de la bobine orange. Il s’agit de l’un des batteurs.
Comme je le verrai plus tard, cette bobine est HS.
Ce type de bobine comprends deux enroulements distincts : l’un servant à actionner le batteur en pleine puissance
pour renvoyer efficacement la bille vers le haut du plateau,
le second enroulement ayant une résistance plus grande, permettra de garder la batteur en position haute en consommant moins d’énergie.


Les contacts entourés de rouge doivent se toucher. Il s’écartent seulement lorsque le batteur est en position haute.

 

Les contacts entourés de rouge sont clairement trop rapprochés, il vont se toucher lors des secousses du flipper.
Ce qui entraînera des anomalies dans le jeu.
Le bon écartement est celui entouré de bleu.


On voit mieux sur cette photo.

 

Un fil coupé.


Le fil de la flèche jaune doit être soudé à la tête de lamelle de la flèche verte.

Devenu trop court, le fil est remplacé et soudé.

 

Contrôle / nettoyage des douilles.

 


Celle-ci est en court-circuit.
Les deux fils alimentant électriquement l’ampoule se touchent via les lamelles tordues.

Tout à tour inspection des douilles.

 

Des lamelles tordues en court-circuit.

Poursuite de la révision.

Arrive le tour du Bonus unit

 

Tout comme le Coin Unit de la planche de fond, les patins du Bonus Unit ne coulissent pas correctement.
La différence de leur course est clairement visible.
Lorsqu’un patin ne glisse pas suffisamment, il ne touche pas ou top peu les rivets qu’il parcourt.
Les liaisons électriques ne sont pas faites.


Nettoyage et dégrippage.

Avant le remontage, passage d’un lubrifiant non gras.

Contacts, connecteurs et autres pièces, du plateau, sont examinés avant de passer à la suite.

 

FRONTON CÔTÉ MÉCANIQUE

Il y a beaucoup de d’éléments à contrôler dans le fronton.
Les compteurs à rouleaux sont probablement les plus connus.

Les uns après les autres, ils sont ouvert.

L’idée est de rendre la platine en cuivre (flèche rouge) aussi propre que possible pour éviter les anomalies de loterie, de claquage de parties gagnées aux points.

Les contacts (flèches mauve, verte) doivent s’ouvrir et se fermer correctement.

Le plongeur (flèche blanche) doit coulisser sans forcer dans sa bobine. A chaque sollicitation, il est chargé d’entraîner le rouleau pour passer au chiffre suivant.

La crémaillère (flèche noire) doit également coulisser.

Le ressort (flèche bleue) est chargé ramener la crémaillère et le plongeur à leur position initiale.

Il doit être suffisamment tendu mais pas exagérément comme c’est le cas ici (cercle mauve). La bobine doit « forcer » d’avantage pour le tirer.
Il est fréquent de voir les ressorts « raccourcis » pour les retendre.

On peut supprimer une ou deux spires mais pas plus. Au-delà, il vaut mieux en mettre un en bon état.
sur les compteurs suivants, il y a des ressorts coupés encore plus court.

Platine propre, compteur réglé.

Le rouleau contient un partie métallique (Wiper Score Unit) servant à faire des liaisons électrique sur la platine.


Les grains à droite des flèches appuient sur la platine en cuivre du compteur.
Ce qui établit une liaison électrique entre deux endroits de la platine.
Plus les grains sont propres mieux c’est.

Examen, nettoyage des autres compteurs.

Vient le tour de la rangée de relais.

 


Comme pour les relais de la planche de fond et du plateau, les relais sont contrôlés.

Le Player Unit n’échappe pas aux vérifications.

 

Mise en beauté.

Sur la came tournante, ça se voit à peine, la soudure du fil ne tient plus.

Maintenue par une pince crocodile, la soudure sera plus aisée à réaliser.

Le module de loterie est le suivant de la liste.

Il est composé de deux plaques de cuivre entre lesquelles la mécanique d’entraînement est abritée.

 

Entre les plaques de cuivre, engrenages et contacts.

Il ne reste plus qu’à remonter le module et le remettre à sa place.

 

Pour en terminer avec la partie mécanique du fronton, voyons le Replay Unit.
Cette mécanique gère et affiche le nombre de parties qu’il reste à jouer avant de devoir mettre la main à la poche.

 

 

 

Deux bobines gouvernent le module ; l’une en charge de créditer le compteur lorsque que l’on met une pièce dans monnayeur ou que le joueur gagne une partie (loterie, points, spécial…) et l’autre actionne le mécanisme de recul du rouleau lorsque l’on lance une nouvelle partie.

Les parties mobiles entraînées par les bobines reviennent à leur point de départ grâce aux ressorts.

Le ressort de la flèche du haut est trop faible pour amener la roue à la bonne position.
On voit, flèche du bas, que la valeur n’est pas bien cadrée.
Changer le petit ressort réglera l’affaire.

Contrôle et nettoyage des contacts et une goutte d’huile sur les parties mobiles.

Lorsque le rouleur indique zéro, le joueur ne peut plus lancer de partie.

Il est facile de commuter le flipper en parties gratuites.

La flèche rouge pointe sur un ergot fixé à une roue métallique.
Lorsque le Replay Unit est décrémenté, l’ergot se rapproche un peu plus des lamelles de la flèche bleue.

Arrivé à zéro, l’ergot pousse une lamelle, le circuit est coupé. On ne peut plus jouer.
Pour jouer librement, on peut mettre du chatterton en regroupant les deux lamelles.

 

FRONTON CÔTÉ ÉCLAIRAGE

 

Pour le moment, l’éclairage du fronton est plutôt pâlot.

 

Retrait de la planche du fronton.

Mise en place sur l’établit, retrait des ampoules pour le nettoyage des douilles.
Des ampoules sont bien oxydées.

Ponçage des douilles, puis passage de la soufflette pour retirer les résidus.

Essais au fur et à mesure de la remise des lampes.

 

LE PLATEAU

Malgré 40 ans bien sonnés, la peinture du plateau est tout à fait correcte. Quelques manques ci et là peu gênants.
En revanche, les décors plastiques, entre cassures et fêlures, sont plus touchés.

Le décor manquant à gauche n’est pas facile à trouver. Les revendeurs généralement propose l’ensemble des décors en lot autour de 200€.

 

L’alternative, pour les plus bricoleurs, serait de découper avec une scie à chantourner un plexiglass et d’y coller l’image du décor.

Ici une miniature de la numérisation des vrais décors. Pour un usage privé il m’est possible de donner le document à la taille d’origine.

Revenons à notre révision.
Les caoutchoucs ayant été changés par le propriétaire, il est inutile de les remplacer.

 

Retrait des décors et élastiques pour aller au savonnage.

 

Pendant ce temps, ce sera le nettoyage des douilles et les réglages des contacts.

N’oublions pas la douille de la porte.

 

Les écrous de maintien de décors ont droit à une bonne ration de polish.

Un avant / après

 


Ponçage de l’intérieur de la lockbar pour retirer la rouille et passage d’une couche d’antirouille.
Le ressort du lance bille tout rabougri manquait de dynamisme. Il est remplacé.

 

La glace du plateau n’est pas dispensée d’une toilette.

 

Un essai, il y a encore des choses à voir.

 

Jeu sur les quatre tableaux.

 

Sur le Jungle Queen, le bumper central bleu ne s’éclaire que lorsque la bille est passée dans le couloir B

Or, comme on le voit dans la précédente vidéo, le bumper central est allumé en permanence.

C’est l’occasion de montrer comment chercher d’où vient le souci.
Et là, pour le coup, je n’imaginais pas une telle raison à l’anomalie.

 

Sortons le schéma

 

L’alimentation électrique de l’ampoule en question  « center pop bumper light » passe par un contact du relais 2B.

Ce contact, ouvert en début de jeu (non passant), se ferme lorsque la bille va dans le couloir B et l’ampoule s’allume.
J’examine le relais à la recherche d’éventuelles lamelles trop rapprochées.


Il se situe sous le plateau, enfermé dans une Bank de six relais que j’avais contrôlés lors de la révision du plateau.
déverrouillage de cette bank pour atteindre le relais suspecté.

Ça ne vient pas de là. j’ai regardé à plusieurs reprises avec minutie, les contacts sont correctement ajustés.
Reprenant une réplique du film Manon des sources : « Si ça ne vient pas de là c’est que ça vient d’ailleurs »

Mais où peut bien être cet ailleurs… ?

Cet ailleurs vient bien d’ailleurs, c’est ce câble bleu qui a été ajouté (flèche jaune).


Le câble d’origine, alimentant l’ampoule via le relais 2D, est le fil sombre pointé par la flèche verte.

L’autre extrémité du câble bleu a été soudé a une douille d’ampoule sous le plateau jeu.


Cette ampoule décorative étant allumée en permanence, la lampe du bumper central l’était également.
Retirons ce fil afin que le flipper retrouve son comportement d’origine.

Le coupable est appréhendé.

Une toute petite vidéo avec le bon comportement de l’éclairage du bumper central

 

La révision est achevée.

Une petite partie ?