Royal Flush

Royal Flush

Les virtuoses des cartes reprendront leur tournée après une bonne révision.

Toutes les étapes ne sont pas mentionnées car il ne s’agit pas

d’afficher en détail chaque opération mais de montrer les grandes

lignes de l’avancée de la révision en cours.

 

 

PLATEAU DE JEU

 

Un peu partout il y a des marques de cutter ayant découpé le vinyle.
Ça laisse des entailles sur le plateau, des soulèvements par endroit ou encore des bulles dans le vinyle. 

En voici quelques-uns.

 

 

Retrait des décors.

 

Des caoutchoucs

 

Des plots.

 

 

Les plots de couleur ne sont pas d’origine.

 

Ces plots sont (un peu) plus petits que les ceux d’origine.

 

Les ampoules sont également retirées.

 

 

Léger ponçage des grains de contact.

 

 

 

 

 

 

 

Ponçage des douilles pour assurer un éclairage bien franc.

 

 

 

 

 

 

 

 

La douille du bumper passe également au ponçage.

 

C’est étonnant, il y a de la mousse autour de la douille.
À ma connaissance, ce n’est pas dans les plans du constructeur Gottlieb.

Retirons-là.

 

 

 

 

 

La soufflette pour retirer les résidus.

 

Lorsque le plateau est fait, un test d’éclairage.

 

 

Pendant que les plots trempent dans le bac à ultrasons pour la séance propreté, je polis les écrous de décors.
Ils ne sont pas en mauvais état mais bien ternes.

 

Voilà, c’est simplement pour le look. Ca apporte un petit plus.

 

Lors de la mise en place des caoutchoucs, il faut veiller à ce que les grains de contact ne soient pas trop près l’un de l’autre.

 

Ainsi espacés, les grains ne se toucheront pas accidentellement lors de secousses. Ce qui entraînerait des anomalies de fonctionnement.
Dans le cas de cet exemple, le joueur pourrait être crédité, à tort, de 10 points.
Cela pourrait également empêcher de mettre plusieurs joueurs.

 

 

Tout est remis en place.

 

 

PLATEAU CÔTÉ MÉCANIQUE

 

 

En route vers l’établi.

 

Léger ponçage des grains de contacts, afin d’assurer de bonnes liaisons électriques.

 

 

 

 

Cette grande « bank » possède beaucoup de contacts à contrôler.

 

En la basculant, on accède aux lamelles.

 

 

 

 

 

 

Les contacts (flèche mauve) sont beaucoup trop proches l’un de l’autre.
Ils devraient être espacé comme ceux des flèches bleues.

Les contacts de la flèche mauve, du fait des vibrations durant une partie, vont se heurter sans cesse et créer des anomalies de comportement pendant le jeu.

 

 

 

Ces contacts se trouve dans un relais.
Le relais est actuellement en position non activée. Les lamelles de la flèche mauve doivent, dans cette position, ne pas se toucher.
Elles entrent en contact lorsque le relais est activé.

Dans la petite vidéo suivante, j’active manuellement le relais.
On comprend bien que c’est uniquement à ce moment-là que ces contacts doivent être liés.

 

À l’aide du cambreur la lamelle est redressée.

 

C’est bien ainsi.

 

C’est le même souci ici (flèche mauve)
En revanche les contacts des flèches vertes sont fermés et c’est normal.
Ceux-ci s’ouvriront lorsque le relais sera activé.

 

 

Les lamelles de la flèche mauves sont corrigées.

 

 

Le reste des contacts de la « bank » est ainsi vérifié. Il y avait une dizaine de contacts à rectifier comme les suivants.

 

 

Voilà, c’est très bien comme ça.

 

 

Poursuivons le nettoyage des contacts.

 

 

 

 

Sur cette autre « bank » les contacts sont également à ajuster, ceux de la flèche sont trop espacés.

 

Le cambreur pour les régler.

 

Passons aux relais.

 

Retrait de leur support en retirant les goupilles de maintien.

 

 

Nettoyage.

 

 

 

Serrage des vis de maintient.

 

 

 

 

 

 

Le relais suivant comporte deux plaque de cuivre avec une petite mécanique entre-elles.

 

 

 

Nettoyage.

 

 

Au tour de la seconde plaque.

 

 

 

La partie mécanique.

 

 

 

 

 

Puis, les autres contacts du plateaux sont examinés.

 

Cette bobine a clairement chauffé, elle ne semble toutefois pas défectueuse, la mesure de son impédance est ok.

Pour les autres bobines du plateau, je verrai leur comportement lorsque le flipper sera remonté.

 

 

Passons aux points d’éclairage.

 

Retrait des ampoules.

 

 

 

 

Le fil (flèche mauve) est coupé. Il devrait être soudé au niveau de la flèche verte.

 

Ponçage des douilles.

 

 

 

 

 

Nettoyage des inserts translucides pour les rendre aussi propres que possible car ils permettent d’avoir un bel éclairage sur le plateau de jeu.

 

 

 

 

 

 

 

 

Mise en place des ampoules et essais.

 

 

 

 

 

 

 

Passons aux butées. Elles servent à stopper la puissante course du plongeur dans la bobine.
La butée de la bobine de ce batteur est derrière la flèche mauve.

 

La butée a bien servie.

 

Remplaçons-la par une butée neuve (flèche bleue) qui servira plusieurs années.

 

 

Nettoyage de du support et mise en place de la butée.

 

La même opération est pratiquée pour la bobine du second batteur.

L’ancienne butée est également fatiguée.

 

Là aussi, nettoyage du support et installation de la nouvelle butée.

 

 

 

 

PLANCHE DE FOND

 

 

Pour retirer la planche de fond, il faut la libérer des liens avec l’interrupteur (flèche mauve), le Knocker (flèche bleue), les cosses du batteur droit (flèche verte).
(le knocker est l’accessoire qui fait le célèbre et bruyant CLAC, lorsque le joueur gagne une partie)

 

 

Les cosses du knocker sont mal en point, celle de gauche est clairement oxydée.

 

 

 

À l’opposé, les connexions du tilt (flèche mauve) sont à débrancher, le connecteur (flèche bleue) reliant la planche de fond à la porte du flipper et le batteur gauche (flèche verte)

 

 

 

 

 

 

 

Il reste à retirer les trois vis et les connecteurs du fronton pour laisser la planche aller sur l’établi.

 

Contrôle des relais.

 

Retrait des relais de leur support.

 

 

 

 

Léger ponçage des grains de contact.

 

 

 

 

 

Un relais possède deux états, repos ou activé.
Selon l’état, les lamelles se meuvent un peu vers l’avant ou l’arrière ce qui entraînent des contacts fermés (collés) ou ouvert (séparés)

Si les positions ne sont pas correctes en fonction de l’état du relais, il y a des anomalies de fonctionnement du flipper.

 

Le relais suivant montrent le comportement des contacts.

Flèches mauves, les contacts sont collés.
Flèches bleues, les contacts sont séparés.

 

En activant le relais, la situation s’inverse.

 

Serrage des vis de maintien.

 

 

 

Lorsque la rangée de relais est vérifiée, on passe à l’autre rangée.

 

 

C’est l’occasion de passer une bonne rasade de soufflette. 

 

 

Ces bobines semblent suspectes mais elles ne le sont pas forcément.
Ces deux bobines (Game Over et First ball ) sont longuement sous tension (activées), elles chauffent et sont prévues pour ça.

Je verrai au moment de tester les bobines de la planche si elles sont opérationnelles.

Les connecteurs sont également poncés pour assurer de bonnes liaisons électriques.

 

 

 

 

 

 

 

Le moteur et ses nombreux contacts.

 

 

 

 

Quelques points m’interpellent sur le moteur dont le séparateur sous la flèche qui me semble bien tordu.
J’y reviendrai plus tard.

 

Basculons le moteur pour atteindre les contacts inférieurs et les engrenages.

 

 

 

 

 

 

 

 

L’opération de la photo suivante n’est pas indispensable mais elle permet d’éviter un problème potentiel.
En cas de d’anomalie dans les contacts de ce petit module, c’est le « game over » permanent. On ne pourrait plus jouer.

La précaution est de souder les deux fils ensemble pour avoir la garantie de ne pas rencontrer le problème.

 

Voilà, c’est mieux ainsi.

 

Un autre souci appelle notre attention.
Sous une apparence de fil soudé au bloc d’alimentation et bien ce n’est pas le cas.

La soudure n’est pas bonne, le fil ne tient pas.

 

Afin de souder correctement le fil de la flèche mauve au support de la la flèche bleue, commençons par mettre tout ça au propre.

 

 

Retrait de l’étain.

 

 

Étamage du cuivre.

 

 

 

Nettoyage du support sur le bloc d’alimentation.

 

 

Soudure.

 

Désormais le fil est parfaitement soudé

 

Revenons un instant aux relais, ils sont en place, ajustés et réglés.
Vérifions le bon fonctionnement des bobines.

 

L’ensemble des relais de la planche est ainsi vérifié. Les relais sont, à ce stade, fonctionnels.

 

 

FRONTON CÔTÉ MÉCANIQUE

 

Commençons par les compteurs (flèche mauve), les célèbres compteurs à rouleau.
Chacun d’eux coulisse dans un rail (flèche bleue) situé dans son logement.

Il s’agit de nettoyer, décrasser les platines de cuivre pour assurer un comportement sans anomalie de la gestion des points, de la loterie et du claquage des parties gratuites.

 

 

 

Les grains de contacts situés sur les lamelles repérées par les flèches doivent être légèrement poncés pour assurer de bonnes continuités électriques.

 

 

 

 

 

Le contact (flèche bleue) est fermé, les grains se touchent.
Le contact (flèche mauve) est ouvert, les grains ne se touchent pas.

Lorsque ce compteur de points sera sollicité, le plongeur (flèche verte) coulissera à l’intérieur d’une bobine cachée dans l’armature. Ce qui entraînera le mouvement de la crémaillère (flèche rouge).

Cette action inversera la situation des contacts des flèches bleue et mauve)

 

Comme le voit sur la photo suivante.

 

Les deux situations de plus prés.

 

 

 

Une fois les contacts ajustés et la platine nettoyée, on remonte le tout.

 

Cet autre compteur présente lui aussi une platine bien salie.

 

Rien de méchant mais ces lamelles un peu tordues, redressons-les.

 

 

 

 

Généralement, pour éviter des dysfonctionnements, on prend garde ne ne pas laisser traîner de coulures de soudures.
Il y en a une importante sur cette lamelle désignée par la flèche.

 

Celle-ci n’est pas grave, je préfère tout de même la retirer.
Avec une pompe à dessouder et un fer.

 

 

Il ne reste qu’à nettoyer la platine et ce compteur sera ok.

 

Nouveau compteur, nouvelle platine demandant un soin.

 

 

 

On le voit pas bien sur la photo, il n’y a qu’un seul brin de fil qui tient à la soudure.

 

Retrait de la soudure.

 

 

 

Mise en place du fil et soudure.

 

 

Au compteur suivant, c’est anecdotique, ce n’est pas une vis d’origine.
Ça ne gêne pas le fonctionnement, je mettrai pour la forme une vis d’origine.

 

Contrôle du compteur.

 

Ajustements, nettoyage.

 

Et pour le plaisir, une vis d’origine.

 

La platine de cet autre compteur est bien noircie.

 

 

Nettoyage, c’est non seulement plus joli mais surtout ça assure un bon comportement des liaisons électriques entre les pistes.

 

Ainsi de suite avec le reste des compteurs.

 

 

 

Les compteurs retournés à leur place, passons aux relais.

 

 

Retrait des goupilles de maintien.

 

Le relais désolidarisé sort de son logement.

 

 

Je défais les trois premiers relais baptisés N – M – L –
Ce sont les relais qui commandent respectivement les rouleaux des 10 points – 100 points – 1000 points

 

 

Léger ponçage des grains de contact.

 

 

 

Contrôle du serrage.

 

 

Vérification du comportement.

 

 

 

Ces relais contrôlés, passons aux suivants, les relais Z1 et Z2
Ils sont indispensables pour la remise à zéro des scores au lancement d’une nouvelle partie.

 

 

 

 

Puis, le dernier relais de cette rangée, le relais F. Il se charge d’indiquer au flipper le numéro permettant de gagner une partie à la loterie.
Il est composé de deux plaques de cuivre contenant une petite mécanique.

 

 

 

Un bon décrassage de la plaque.

 

La petite pièce suivante nommée « Wiper » possède un contact aux extrémités.
Ces grains doivent également être propres. Ils méritent un petit nettoyage.

 

 

 

En fonction de l’angle de rotation du « Wiper » l’un de ses grains (flèches mauves) est dans la zone entourée de bleu, et l’autre grain sur l’une des pistes au niveau de la flèche verte.
Le « Wiper » fera un pont électrique d’un grain à l’autre.
On comprend l’intérêt d’avoir des pièces propres pour éviter les anomalies de liaison.

 

Cette face étant prête, on passe à la face opposée.

 

 

 

Entre les plaques, des lamelles de contact.

 

 

 

Lorsque c’est ok, on passe à la suite des opérations.

 

Le « Player Unit »

 

 

 

 

En basculant cette structure, on accède à de nombreux contacts à vérifier.

 

L’endroit nettoyé par la lime sur la photo suivante est capital. Il s’agit du contact P5A
S’il est encrassé ou mal réglé, le flipper ne fonctionnera pas car le cycle de remise à zéro ne sera jamais complétement effectué.

 

Pas facile à voir sur la photo, il s’agit des grains de contacts indiqués par la flèche.
Impérativement, ces grains devront se toucher lors de la fin du cycle de remise à zéro des scores. 

 

 

 

Graissage des roues dentées.

 

 

 

 

Quelques gouttes d’huiles sur les axes mobiles.

 

 

Dégraissage des rivets et remise en place.

 

Complétons par cette sorte d’écrou.
La révision est l’occasion de le poncer un peu  pour assurer une continuité électrique optimale.

 

 

 

 

Le « Replay Unit »

 

Il s’agit du bloc gérant le nombre de parties pouvant être jouées sans mettre de pièce dans le flipper.

Le joueur voit cette information sur la face avant du fronton.

 

Retrait du bloc de son support.

 

Léger ponçage des contacts.

 

 

 

Un peu d’huile aux parties mobiles.

 

 

Le « Replay Unit » comporte deux bobines, l’une pour incrémenter la valeur du nombres de parties disponibles.

 

 

L’autre bobine décrémente la valeur du rouleau.

La roue crantée entraîne dans son déplacement une sorte de tige,
lorsque le compteur est à zéro cet ergot (flèche) sépare les contacts du cercle.
Le circuit est rompu, le joueur ne plus jouer sans mettre de pièces pour créditer à nouveau le « Replay Unit »

Lorsque l’on veut jouer sans mettre de pièce, la solution est extrêmement simple :
Resserrer les deux lamelles du cercle pour que celles-ci soient en contact permanent. Le flipper est en free play.
L’opération est courante, fréquente et totalement réversible.

 

Terminons avec le ponçage des connecteurs.

 

 

 

 

 

FRONTON CÔTÉ ÉCLAIRAGE

Retrait du bloc à l’intérieur de fronton.

 

Ce qui donne une jolie vue, côté intérieur, de la « backglass »

 

Revenons à notre fronton. Le but est de vérifier tous les points d’éclairage.

D’ailleurs, il manque une ampoule dans la douille désignée par la flèche.

 

Ce clou m’intrigue, on dirait qu’il sert à tenir l’ampoule.

 

 

Par endroits des cure-dents sont utilisés pour « caler » les douilles.

 

 

 

Naturellement, nous mettrons bon ordre à tout ça.

 

 

Retrait des ampoules.

 

À part une ou deux lampes, elles sont toutes bien fatiguées

 

 

Léger ponçage des douilles.

 

 

 

 

Retrait des rampes d’éclairage des compteurs.
Elles sont maintenues par deux vis.

 

 

 

 

 

 

 

La soufflette dans chaque douille afin de retirer les résidus.

 

 

La lampe avec le clou, c’est celle-ci, vue de l’arrière.

J’ai remplacé les agrafes fragilisées.

 

Ce point d’éclairage est ok.

 

Douille et ampoule à leur place et de nouvelles agrafes pour bien maintenir le tout.

 

Chaque point d’éclairage est contrôlé.

 

 

Contrôle des ampoules clignotantes

.

 

Il est indispensable de « triturer » les ampoules pour s’assurer du bon fonctionnement.
Sans cette vérification, ce point d’éclairage aurait été instable lors des parties de jeu.

 

 

 

 

 

 

Sur la rampe suivante, l’éclairage du bas est bien trop faible.
La douille est parfaitement poncée mais l’éclairage n’est pas bon.

 

 

Dans ce cas de figure, on peut remplacer la douille ou lui souder un fil de liaison.
J’ai soudé un fil entre les pointes de flèches, l’éclairage est désormais ok.

 

Sur la rampe suivante, on le voit une ampoule ne s’éclaire pas. Ça ne vient pas de l’ampoule et la douille est correctement nettoyée.
Le souci vient de la liaison entre la douille et la structure de la rampe. La liaison est défectueuse.

 

Ça se corrige aisément, grâce une soudure, sans remplacer la douille.

 

La soudure et à peine visible mais efficace.

 

Poursuite des essais et contrôles.

 

 

Le fronton est désormais opérationnel.

 

Il s’agit maintenant de remettre les différentes pièces (fronton, plateau, planche de fond) dans le flipper.

 

Mais avant ça, arrêtons-nous un instant sur les fils de la photo suivante.

L’extrémité des fils désignés par une flèche sont entourés d’une sorte de gaze. C’est probablement pour isoler les cosses, afin d’éviter un court-circuit si elles venaient à toucher un fil ou un contact.

 

 

Toutefois, on peut le constater sur la photo suivante, l’isolation n’est optimale.

Les pinces crocodiles (flèches mauves), telles qu’ont sont serrées sur la cosse devraient être isolée l’une de l’autre.
La position de l’aiguille (flèche bleue) de l’ohmmètre montre que les deux pinces crocodiles ne sont pas isolée l’une de l’autre.
Pour que ce soit le cas, l’aiguille ne devrait pas bouger et être au niveau de la flèche jaune.

 

Retirons la gaze.

 

Chaque cosse est placée dans une gaine thermorétractable.

 

Après le passage d’une source de chaleur (briquet ou fer à souder) la gaine se rétracte fortement.
La cosse est bien serrée et isolée.

 

Toujours dans les cosses, je remplace celles oxydées du « knocker »
Je les avais déjà évoquées.

 

 

Retrait des cosses.

 

 

Les fils sont dénudés et les nouvelles cosses installées.

 

 

Un peu d’aspirateur dans la caisse.

 

 

 

 

Le « Knocker » n’est pas jojo, la rouille est là.

 

Les pièces de maintien de la bobine dans le le « Knocker » sont également rouillées.

 

 

 

 

Les lamelles des contacts des batteurs ne sont pas encore HS, toutefois l’usure des grains de contacts est assez prononcée.

 

C’est identique pour les contacts de l’autre batteur.

 

La flèche bleu montre les contacts actuels sur le flipper.
La flèche mauve, des contacts neufs.

 

Ca prend forme.

Flèche verte, les lamelles des batteurs en parfait état.
Flèche mauve, la structure du « Knoker » dérouillée sur laquelle une couche transparente d’antirouille a été appliquée.
Flèche bleue, les cosses isolées avec la gaine thermorétractable puis maintenues avec un serre-câble.
Flèche jaune, les cosses toutes jolies du « Knocker »

 

 

 

Nous l’avons vu un peu plus haut, cette barre métallique servant à verrouiller le plateau est un peu oxydée.

 

 

La brosse.

 

 

 

L’autre face est bien touchée.

 

Une fois que la rouille est retirée, une bonne couche de peinture antirouille est appliquée.
24 heures de séchage et remise en place.

 

 

Tout est en place, fronton, planche, plateau.

 

 

Lorsque la fin de la révision approche, j’ai mon petit rituel : laver la vitre.

 

 

C’est joli.. 

 

Une partie de test pour voir ce qu’il reste à faire.

Il y a encore des ajustements à faire puis quelques jours à jouer régulièrement pour être sûr de ne rien omettre.

 

Le flipper est prêt.

 

 

L’heure de retourner à la maison.