Royal Flush

 

Royal Flush

Le maître des cartes me rend visite.

Toutes les étapes ne sont pas décrites car il ne s’agit pas d’afficher
le détail de chaque opération mais de montrer les grandes lignes
de l’avancée de la révision en cours.

 

PLANCHE DE FOND

 

Direction l’établi.

Et commençons par les relais.

Contrôle et nettoyage des contacts.

 

Passage en revue des contacts moteurs.

 

Graissage des engrenages.

Léger ponçage des connecteurs.

 

 

Le « Coin Unit », ce bloc gère le nombre de joueurs dans une partie.
Il doit, comme tout le reste du flipper, être bien réglé.

Les rivets sont encrassées.

 

Un bon nettoyage et un peu de lubrifiant non gras.

Passons au dépoussiérage de la planche, histoire de travailler dans de bonne conditions.

 

Armé de la soufflette du compresseur, la chasse aux débris et divers résidus est ouverte.

 

Amélioration.

 

Une planche bien propre c’est agréable.

Pointé par la flèche mauve, notons en lieu et place d’un fusible de 5A , un morceau de métal bien épais.
A ne jamais faire sous aucun prétexte
Naturellement, je vais mettre un fusible de la bonne valeur à la place du bout de ferraille.

Les fusibles sont conçus pour servir de protection aux surtensions. Les concepteurs des flippers ont calculé qu’elles étaient les valeurs de sécurité pour chacun des fusibles.

En les remplaçant par une valeur supérieure ou comme ici par un morceau métal, les sécurités ne fonctionneront pas au moment voulu.
Un risque pour la machine et un véritable danger pour l’utilisateur.

 

Dans le même registre, ce câble électrique est à changer.

 

Le vieux cordon est remplacé par un cordon tout neuf.

La vieille fiche électrique est également remplacée.

 

Un peu de nettoyage sur le cône du tilt.

 

Et voilà.

 

Avant le retour de la planche dans la caisse, c’est la mission aspirateur.

 

 

FRONTON CÔTÉ MÉCANIQUE

 

Retrait du 1er compteur pour examen.

Il manque une vis de maintien de la platine.
Je le verrai plus tard, il manque des vis sur quatre compteurs.

Le revers de la platine.

La platine est un circuit imprimé comportant des pistes cuivrées permettant au courant de circuler.

Les liaisons sont acheminées par les fils que l’on voit au bas de la platine et transitent par la pièce métallique du rouleau grâce a deux points de liaison (flèches rouges)

Si ces liaisons-là ne sont franches, il n’y aura pas de parties « claquées » aux points ou à la loterie.

Alors, opération nettoyage pour tous les compteurs.

 

La platine d’un autre compteur.

C’est mieux ainsi.

 

Le compteur de cette platine-là ne devait pas bien fonctionner.

Avec un peu d’huile de coude.

Les contacts sont également vérifiés.

Ces contact sont ouverts ou fermés selon la valeur affichée du rouleau en cours de partie.

 

L’ensemble des compteurs est ainsi examiné.

 

Léger ponçage des connecteurs.

 

Contrôle des relais.

 

Sortons-les de leur support.

 

Serrage, nettoyage.

 

Au tour du relais de loterie, il a clairement besoin d’une intervention.

 

Retrait de la plaque cuivrée.

 

 

Après une séance beauté.

 

 

Les lamelles de ce bloc sont également ajustées.

 

Voilà le « Player Unit », une pièce capitale pour la gestion, entre autres, des joueurs, des billes…

Celui-ci ne fonctionne par correctement. Outre l’encrassement des patins et rivets, la mécanique est très grippée.

Sur la vidéo suivante, j’active manuellement la bobine cachée derrière la plaque métallique du « Player Unit ».

A chaque impulsion, la came tournante devrait avancer d’un cran. C’est loin, ici, d’être le cas.

En route pour la mission « Player Unit »

 

Retrait de la came tournante.

Dégraissage et léger ponçage.

 

Sur la came tournante, une partie des tiges coulissantes est bloquée.

Un nettoyage et un peu de dégrippant pour redonner de la souplesse.

C’était la partie visible de l’iceberg, à l’arrière du « Player Unit » on trouve des dizaines de contacts et la mécanique de fonctionnement.

Des contacts à vérifier.

Puis la mécanique…

Le voilà prêt à fonctionner sans souci.

 

Passons au « Replay Unit », ce bloc se charge d’afficher aux joueurs le nombre de parties pouvant être jouées sans bourse délier.

 

De la mécanique, des contacts à vérifier.

Un peu d’huile dans les parties mobiles.

 

La plaque encadrant le chiffre 1 est visible côté joueur, celle-ci comportant de la rouille, il sera plus joli de la poncer et d’y mettre une couche d’antirouille.

Une pierre très douce pour ce ponçage.

Puis une fine couche d’antirouille pour éviter qu’elle se dégrade à nouveau.

 

 

 

 

PLATEAU CÔTÉ MÉCANIQUE

 

Commençons par l’éclairage.

La plupart des ampoules sont noircies et les inserts (flèches bleues) sont encrassés.
Ils doivent être translucides pour laisser passer, vers le plateau, des lumières blanches ou colorées donnant un bel au plateau pendant les parties.

 

Retrait des ampoules et léger ponçage des douilles pour assurer des bonnes liaisons avec les ampoules.

 

 

Chaque douille et insert sont ainsi nettoyés.

Viennent ensuite les essais d’éclairage.

 

 

 

Parfois les douilles ont besoin d’une soudure pour avoir des liaisons bien franches.

En « râpant » un peu la douille, l’étain de la soudure adhérera parfaitement.

Soudure.

 

 

 

C’était également le cas sur cette autre douille.
Un éclairage très faible.

Après la soudure, tout rentre dans l’ordre.

La lampe peut reprendre sa place au dessus de l’insert.

 

 

Contrôle des relais.

Être dans la pénombre avec un éclairage derrière le relais permet de lever un doute sur le bon comportement des contacts du relais.

 

On voit bien ici les lamelles qui sont en contact lorsque la languette est au repos.

Lorsque que celle-ci est baissée, on voit que les lamelles qui étaient en contact ne sont le plus et celles qui ne l’étaient pas le sont.
C’est le comportement normal d’un relais.

 

La circuit imprimé de ce relais a droit a une séance de beauté.

Il comporte deux faces identiques.

Après nettoyage, voilà un circuit tout propre.

 

Entre les deux plaques, il y a des contacts.

 

Tous les contacts du plateau passent la visite médicale.

 

 

En basculant la grande « Bank » de relais on accède à une multitude de contacts bien dissimulés.
Eux aussi doivent être nettoyés, contrôlés.

 

 

Basculer cette « Bank » me permet d’accéder au circuit d’éclairage en dessous.
Et comme pour le reste du plateau bel éclairage bien lumineux.

 

 

 

On ne le voit pas très bien mais les contacts cerclés de mauve sont beaucoup trop près l’un de l’autre.

Ils devraient être écartés comme ceux cerclés de rouge.
Lorsque des lamelles sont trop rapprochées, les vibrations du flipper vont créer des contacts accidentels.
Le comportement du jeu ne sera pas le bon. Ca peut même parfois empêcher de jouer sur plusieurs tableaux.

Ca se règle très bien à l’aide d’un cambreur.

Avec ce réglage, nous sommes assurés que ces lamelles ne feront pas de contacts accidentels.

 

 

N’oublions pas les connecteurs.

 

 

 

 

FRONTON CÔTÉ ÉCLAIRAGE

 

 

Retrait des ampoules, contrôles des douilles.

 

 

Mise en en place des nouvelles ampoules.

 

Essais.

 

Cette rampe de lampes ne fonctionne pas bien.

La luminosité n’est pas stable.

Un point de soudure sur chaque support de douille règlera ce souci.

 

Poursuite du contrôle.

 

 

PLATEAU DE JEU

 

Retirons les décors, les vieux caoutchoucs, les ampoules, les plots, la visserie

Les décors ôtés, ont voit l’usure des caoutchoucs et des ampoules.

Les élastiques, et c’est bien normal après des années de services, sont poreux, fragilisés, sur le point de rompre.

 

Un bon dépoussiérage sera le bienvenu.

 

Plusieurs plots comme ceux des photos en dessous sont fendus ou cassés.

 

Notons au passage la noirceur de l’ampoule. Le verre est pratiquement opaque, le décor est moins bien illuminé.

 

Tout est pratiquement retiré.

 

Opération shampooing.

 

Pendant la trempette, occupons-nous du plateau.

Nettoyage des douilles et des contacts.

 

L’aspirateur entre dans le jeu.

 

Ce sera ensuite le compresseur et un chiffon imbibé d’un dégraissant.

 

Remise en place des plots et d’ampoules.

Avec la mise en place d’une partie des décors, le plateau est en bonne voie. 
Toutefois, les bordures des inserts posent un souci.

 

Il y a, par endroits, des morceaux d’adhésifs. 

 

 

 

Avec le temps, la bordure en bois (flèche jaune) s’use et les inserts (flèche bleue) s’enfoncent car ils sont moins bien maintenus du fait de l’usure de la bordure.

Le résultat est que, pendant une partie, la bille peut s’y loger et être bloquée dans ce creux.


Il faut alors secouer fortement le flipper pour déloger la bille.

Parfois des joueurs utilisent le scotch pour mettre plus ou moins au même niveau l’insert et la bordure.

 

Cette solution n’est pas, à mon goût, une bonne idée. Ce n’est pas beau et ce n’est que modérément efficace.

 

Retrait des morceaux de scotch et application d’un dégraissant pour supprimer les résidus collants.

 

Je préfère utiliser un vernis incolore qui comblera parfaitement le dénivelé entre l’insert et la bordure.
Nous allons y revenir mais avant j’aimerais passer un peu de polish 

 

Revenons au vernis.

Le plateau doit-être bien horizontal, le niveau est bien utile pour ça.

Lorsque le plateau est correctement calé à plat, je dépose le vernis.

Comme nous le voyons, il y a de nombreux inserts où la bille est retenue.

 

Application du vernis sur tous les inserts pour être assuré qu’il n’y aura pas de blocage de la bille pendant les parties.

Laissons sécher 24 / 36 heures.

 

Avant de remettre en place les éléments du plateau, donnons un peu de polish aux écrous décoratifs.
C’est un peu terne tout ça.

 

C’est plus joli ainsi.

 

 

 

Revenons sur les opérations restées en attente.

Le support de l’interrupteur marche / arrêt est bien rouillé.

Décapage et antirouille.

Au dessus de la porte, la rouille s’est installée.

Le tissu est destiné à protéger l’intérieur du flipper lors du ponçage de la rouille.

 

L’embout du lance-bille est déformé, La rondelle est prisonnière alors qu’elle pouvoir être retirée sans effort.

lentement avec une meuleuse nous allons lui redonner sa forme et mettre un caoutchouc de protection.

 

En attente du seconde couche.

 

La « Lockbar » manchette est également rouillée.

Les boutons des batteurs et de la porte ont souffert, on dirait qu’ils sont déformés par la chaleur.
Cette déformation les empêche de coulisser correctement.

 

Cà marche mieux comme çà, les boutons des batteurs sont également remplacés.

 

C’est habitude, en fin de révision, la vitre passe sous l’eau savonneuse.

 

Un petit test.

Encore un ou deux ajustement et ce sera ok.

 

Tout semble en ordre désormais.