Space Mission

Space Mission

Par-delà les confins du cosmos, ce « Space Mission » se pose dans mon atelier.
Avant de poursuivre son voyage vers les immensités galactiques, le vaisseau a besoin d’une révision.

Toutes les étapes ne sont pas mentionnées car il ne s’agit pas

d’afficher en détail chaque opération mais de montrer les grandes

lignes de l’avancée de la révision en cours.

 

PLANCHE DE FOND

Voici la planche en question. Elle va prendre la direction de l’établi pour une révision.

On aperçoit à ses côté l’emplacement où devrait se trouver le système de tilt pendulaire.

Il est manquant, nous y reviendrons en fin de révision.

Sous la plaque désignée par la flèche mauve, se trouvent les engrenages entraînant les axes du moteur.
La bobine par où arrive le courant est bien mal en point. Ses cosses ont disparu et les enroulements sont trop desserrés.

On distingue dans les anneaux bleus les fils d’alimentation rafistolés.

La plaque retirée, on voit les engrenages en question.
Cette partie du moteur est à remplacer.

En attendant, nettoyage des relais.

Tous les relais sont examinés.

Les connecteurs sont légèrement poncés pour assurer de bonnes liaisons électriques entre les diverses parties du flipper.

 

 

Le « Coin Unit » et son collègue le « Ball Coin Unit » sont également bichonnés.

Avant même son nettoyage, on remarque un souci important.

Les flèches mauves désignent des pistes séparées.
Ces pistes en cuivre sont des chemins reliant électriquement divers parties du flipper.  Selon le moment de la partie en cours, l’une ou l’autre de ces pistes est utilisée.
Nous le voyons dans le cercle mauve, des résidus de soudures relient les deux pistes. Ca veut dire que ces pistes seront conductrices en même temps au lieu de l’être l’une ou l’autre.

C’est le même souci pour les pistes des flèches bleus.

On le voit mieux sur cette photo avec le flash.

Ces résidus seront, bien entendu, retirés et la plaque nettoyée.

 

PLATEAU CÔTÉ MÉCANIQUE

Posé sur l’établi, la mécanique du plateau est prête pour une bonne révision.

Et il y a beaucoup de chose à contrôler.

Commençons par l’éclairage.

Les ampoules devenues quasiment opaques, comme celle de la flèche bleue, sont naturellement à remplacer pour avoir un bel éclairage

Les inserts, comme celui de la flèche mauve, sont prévues pour laisser passer la lumière vers le plateau de jeu. Quand ils sont noircis, la luminosité est amoindrie.
Il suffit de les nettoyer.

Les uns après les autres, les inserts sont nettoyés.

Il y en a deux ou trois dizaines disséminés sur le plateau.

 

 

 

 

 

Les vieilles ampoules sont retirées, les douilles poncées et de nouvelles lampes sont installées.

 

 

 

 

 

 

Mise en place des nouvelles ampoules.

 

Test de chaque point d’éclairage.

 

 

 

 

Le « Bonus unit », ce bloc va me donner bien des difficultés…

De l’autre côté de cette plaque, il y a toute une mécanique chargée de faire tourner les trois pattes cuivrée que le l’on voit ici.

Cette mécanique comporte des contacts, deux bobines, des ressorts et des pièces mécaniques fixes et mobiles.

Sur cet autre bloc, il manque un ressort entre les deux flèches.

 

Par endroits, les soudures et les fils électriques ne tiennent pratiquement plus.

 

 

 

Ici, la bobine ne risque pas de fonctionner, elle n’est pas alimentée.

Le fil n’est plus relié (flèche mauve), par une soudure, à la cosse de la bobine (flèche bleue).

 

Mais il y a encore plus ennuyeux, la mécanique est voilée.

Les parties cerclées sont voilées, tordues. L’entraînement des parties mécaniques mobiles ne se fait pas correctement. Ça coince.

Lorsque cette mécanique fonctionne bien, la roue dentée avance avec précision cran par cran et les rivets et les patins de l’autre côté de la plaque tombent bien face à face.

Ce qui n’est pas le cas, les patins se placent entre deux rivets. Ce qui naturellement entraîne des dysfonctionnements.

 

Il y a également cette partie où la fixation des fils n’est pas top.

Les fils devraient être soudés plutôt de tenus sous une vis.
La liaison de la flèche mauve ne tient pratiquement pas.

Ce malheureux « Bonus Unit » a décidément été bien maltraité. 

Retrait de la vis, des fils et ponçage du métal pour assurer une bonne liaison électrique.

Les fils sont soudés entre eux puis gainés. L’extrémité des fils et ensuite soudé sur l’axe de la rondelle qui est solidement vissée sur le support poncé.

 

Pour le reste, ce qui a pris un temps considérable, la mécanique voilée est patiemment redressée.

Le fils défectueux, les soudures défectueuses ou manquantes sont refaits.

 

 

Il y a également une lame (flèche mauve) qui n’a pas la bonne courbure comme les autres lames.

 

Lorsque la mécanique est réglée, dégraissage des parties cuivrées.

Et, on le voit désormais, les patins et les rivets sont bien face à face.
Et les lames correctement courbées.
Les cuivres bien propres assurent des liaisons électriques optimales.

 

Le second bloc n’est pas jojo non plus.

Avec un bon nettoyage, c’est beaucoup mieux.

Sur l’autre face, on le distingue à peine, un fil est dessoudé.

Le fil (flèche mauve) doit être soudé à la cosse (flèche bleue)

Préparation de la cosse pour réaliser une bonne soudure.

Ce fil ne bougera plus désormais.

Ponçage des connecteurs.

Graissage des engrenages.

 

FRONTON CÔTÉ MÉCANIQUE

La mécanique à l’intérieur du fronton est abondante.

Le premier souci ne tarde pas à se présenter.

La rotation du rouleau de points est actionnée par une bobine.
Ici, la bobine en question a tellement chauffé que c’est pratiquement un morceau de charbon.

Pour la comparaison, voici une photo d’un rouleau voisin.

Le plongeur désigné par la flèche mauve doit coulisser dans  la bobine. La chaleur ayant déformé le fourreau du noyau, le plongeur est bloqué.

La rangé de contacts a également souffert, des fils sectionnés se baladent.
Il faut retrouver l’emplacement de chacun.
La bobine et le fourreau sont naturellement à remplacer, souhaitons que rien d’autre ne soit déformé.

 

 

Remplaçons cette malheureuse bobine.

 

Beaucoup de mal à la retirer, le fourreau en plastique ayant fondu, il retient le plongeur.

 

Normalement, les fils électriques soulignés en jaune devrait avoir une gaine isolante.

Elle n’y est pas, la gaine a fondu.

Mise en place de la nouvelle bobine et gaine thermorétractable pour remplacer la gaine fondue.

 

Je reviendrai plus tard sur la mécanique du fronton, nous allons faire une « pause » en nous occupant du plateau.

 

PLATEAU CÔTÉ JEU

 

Retirons les décors, les ampoules, les caoutchoucs.

Il y a de quoi faire…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les traces du temps ont bien marqué le plateau.

 

Sous l’apron, la partie basse du plateau, mérite aussi un peu de soins.

L’ampoule, de la flèche mauve, est tellement noircie que le verre censé être transparent est opaque.

Le ressort de la flèche rouge est à la rue, il est si détendu qu’il ne sert à rien.

 

Le plateau étant pratiquement dépouillé, on peut le bichonner.

 

L’idée est d’enlever toutes ces traces qui parsèment le plateau.

 

Puis de nettoyer les contacts de points.

 

 

Léger ponçage des points d’éclairage.

 

 

 

 

Le ressort est remplacé.

 

Le plateau commence à avoir un peu d’allure.

 

Mise en place des caoutchoucs.

 

 

Je mettrai un peu plus tard les caoutchoucs des batteurs car il faut avant remplacer le batteur droit qui est endommagé.

Les écrous décoratifs passent au polissage.

 

En attendant, je retourne vers le fronton mais côté éclairage car le côté mécanique me réserve d’autres surprises.
Il manque des lamelles sur quelques compteurs.

La lamelle de contact (flèche mauve) est manquante, elle devrait être face à celle de la flèche verte.

Idem sur ce compteur.

 

Ça devrait être comme sur le compteur suivant.

Je réserve tous ces remplacement et soudures pour le dessert.

Dans l’intervalle, allons de l’autre côté du fronton, côté éclairage.

La « backglass » retirée, les points d’éclairage sont accessibles

 

Des ampoules à bout de souffle, des ampoules manquantes et des douilles encrassées. L’opération lumière est lancée.

 

Les points d’éclairage sont nombreux.

Retrait des lampes.

Léger ponçage des douilles pour assurer de bonnes liaisons électriques.

Passage de la soufflette pour évacuer les résidus.

 

 

Revenons à la mécanique du fronton qui me réserve d’autres surprises.

Sur ce compteur le support de la bobine ne tient plus (flèche mauve), comme je le verrais plus tard il manque les vis de fixation.
Il manque également un fourreau. Le fourreau est un tube traversant le noyau de la bobine. Il devrait être à la pointe de la flèche verte.

 

Ce support ne tient également pas suffisamment.

 

La came des patins coulissants du « Player Unit » est un peu fatiguée.

 

Les patins ne coulissent pas suffisamment pour être en contact avec les rivets.

La photo ne le montre pas clairement mais le patin ne touche pas le rivet.
Ce qui entraîne des dysfonctionnements.

 

Il manquait également plusieurs vis ou des écrous à divers endroits.

Comme ici.

 

Le module de la loterie est fixé par deux vis au travers d’un tube plastique baptisé espaceur, celui désigné par la flèche est présent.

En revanche celui de droite a disparu.

Rien de grave, tous ces soucis se règlent.

 

Nettoyage des contacts des compteurs.

 

 

Puis de ceux des divers relais.

 

 

Des connecteurs.

 

 

 

 

La fin de la révision se profile.

 

 

 

Lavage de la vitre.

 

Contrôle de comportement, lors d’une partie.

Encore quelques réglages et ce sera tout bon.

 

Parfois, sur les inserts comme ceux fléchés (photo en dessous), la bille s’arrête, se cale.

Avec les années, les inserts se sont tassés et forment un léger creux dans lequel la bille se bloque.

Il y en a environ une dizaine ainsi.

À l’aide d’un niveau, je mets le plateau à bien à plat, bien horizontal.
Puis, chaque creux est rempli d’un vernis incolore et ainsi la bille ne sera plus bloquée.

Le plateau restera ainsi, sans bouger, durant les deux ou jours de séchage du vernis.

Alors avant de vernir, je fais deux petites finitions :

Le ressort externe (flèche mauve) du lance-bille est tout rabougri.
Et le cylindre métallique n’est pas bien net.

On le voit mieux sur la photo suivante.

Voilà, ressort remplacé, cylindre nettoyé.

 

 

Je m’occupe également, avant de vernis, du « Knocker ». Un petit bloc qui fait CLAC lorsque le joueur gagne une partie gratuite au point ou à la loterie.

C’est lui :

Le plongeur, le cylindre en métal (flèche mauve) doit coulisser à travers la bobine pour percuter le support (flèche verte) quand le « knocker » est activé.

Dans notre cas, le plongeur ne bougera pas d’un pouce, il est retenu par du caoutchouc endommagé (flèche bleu)

 

Rien de grave, en décapant tout ça et remplaçant le caoutchouc, ça fonctionnera sans souci.

Je m’occupe ensuite du xylophone, ce carillon qui donne des sonorités si spécifique au flipper. 

 

Voilà, tout est en ordre.

 

Les inserts sont maintenant recouvert d’un vernis, le plateau reste à plat le temps des deux ou trois jours de séchage.

 

Divers tests ont été faits mettant au jour une anomalie de décompte des bonus.

La pièce métallique (flèche mauve) se soulève et se baisse, à l’aide d’un ressort retiré pour les besoins de la photo, jusqu’à la roue crantée (flèche bleue).

La pièce en question contraint la roue à se déplacer cran par cran à chaque mouvement de la pièce mobile.

 

On a du mal à le voir, à la pointe de la flèche mauve, ce n’est pas une ombre mais un creux. A force d’années d’impacts le métal est creusé et les la roue crantée n’est plus suffisamment bloqué lorsque la pièce mobile se place sous un cran pour la retenir.

 

Sur la photo suivante, on voit un peu mieux l’usure en question.

 

Les crans ne sont pas bloqués, ils passent dans le creux.

 

Cette pièce est à remplacer, elle est en commande.

 

Et elle vient d’arriver.

 

Toute belle avec un bord en parfait état.

 

On se rend mieux compte En comparant les deux pièces.

 

L’ancien bras laisse place au nouveau.

 

Le décompte des bonus devrait maintenant être parfait.

Il l’est.

Il reste une dernière opération à réaliser. Une bobine à changer. 


Elle a beaucoup chauffé mais ce n’est pas forcément signe de dysfonctionnement.
Celle-ci se dégrade, elle s’effrite.

 

Voici la bobine qui va la remplacer.

 

L’ancienne et la nouvelle côte à côte.

La bobine est désormais en place.

 

Voilà, normalement, la fin du parcours de la révision de Space Mission.

Il me reste à jouer des parties pendant un jour ou deux pour confirmer que tout est ok.

 

Le Space Mission est prêt à s’envoler vers les plus lointaines galaxies. 🙂