Surf Champ

Surf Champ

Sous le soleil de l’été, des surfeurs joyeux sur les vagues.

Toutes les étapes ne sont pas mentionnées car il ne s’agit pas

d’afficher en détail chaque opération mais de montrer les grandes

lignes de l’avancée de la révision en cours.

 

Retrait des décors et caoutchoucs.

Nous reviendrons plus tard sur le plateau. En attendant place à la…

 

PLANCHE DE FOND

Déposée sur l’établi, on attaque sans tarder les relais.

Ils sont nombreux

Les relais sont défaits de l’armature de maintien.

Serrage des vis de maintien.

 

 

Nettoyage des contacts.

 

 

Sur le relais suivant, les lamelles fléchées devraient être dans les rainures. Ce n’est pas le cas.
Tel quel, ce relais ne fonctionnera pas.

 

Anomalie également pour le relais suivant.
Ici, une des lamelles n’est pas dans la bonne rainure.

 

Il n’y a rien de grave, tout ça se règle très bien.

Au lieu d’être dans la rainure de la flèche rouge, cette lamelle est désormais à sa place dans la rainure de la flèche mauve.

Comme on le voit, la planche est bien sale.
La soufflette du compresseur et une brosse iront rendre lui rendre visite un peu plus tard.

 

Les contacts du moteur sont également ajustés et nettoyés.

Les engrenages graissés.

 

 

 

Passons au « Coin Unit », le bloc gérant le nombre de joueurs dans une partie.

Retrait de la came tournante.

Dégraissage, nettoyage.

Revenons sur les relais.

 Cette bobine-là est faite pour supporter de longues périodes d’utilisation, elle chauffe et c’est normal mais celle-ci arrive en fin de parcours.

 

L’emplacement, de la bobine, dans l’armature métallique témoigne des années de chauffe.

 

Nettoyons tout ça.

 

Au fur et à mesure de l’avancement de la planche, je découvre des fils partiellement dénudés.
C’est suffisamment inhabituel pour que j’y sois très attentif.

 

Corrigeons ce souci en dessoudant le fil de la cosse (flèche mauve) pour y faire glisser une gaine thermorétractable.
Lorsque la gaine (flèche rouge) recouvre et isole parfaitement le fil dénudé, le fil est ressoudé sur sa cosse.

 

Il est étonnant que plusieurs fils soient ainsi dénudés.

 

Naturellement, une gaine thermorétractable est installée.

 

Autre chose me préoccupe, les fils suivants ont un drôle d’aspect.
On devine qu’un fer à souder est intervenu en mode bourrin… Les gaines ont fondu.

Il probable que le cuivre dans les fils de la flèche rouge soient en contact. Ce qui naturellement cause des dysfonctionnements.

 

 

Je passe beaucoup de temps à tenter de réparer les dégâts occasionnés, c’est du sabotage.

On voit clairement le travail de quelqu’un qui a voulu faire des soudures et a cramé les fils autour.
Tellement cramés que les gaines ont fondu et se sont « soudées » les unes aux autres.

Les fils électriques à l’intérieur des gaines (flèches mauves) ne sont plus, électriquement, isolés.

Il faut remettre de l’ordre dans tout ça.

 

 

 

 

 

 

Pour chaque fil concerné, il faut le couper.

Lorsque le fil est coupé en deux, on peut passer une gaine thermorétractable  puis ressouder le fil.

 

Ici, la gaine.

 

Le fil est soudé puis la gaine placée sur la partie dénudée.

 

La gaine est ensuite chauffée pour fortement se rétracter et correctement isoler le conducteur électrique.

Ces opérations sont répétées pour l’ensemble fils endommagés.

 

Il y a également ce contact de relais qui ne tient plus que par un fil.

 

Fer à souder, étain et délicatesse pour remettre tout ça en bon état.

 

PLATEAU CÔTÉ MÉCANIQUE

 

 

Contrôle des relais et autres contacts.

Serrage des vis de maintien.

Ponçage léger des grains de contacts.

 

 

 

 

La lamelle suivante (flèche mauve) est anormalement tordue.
Les grains de contacts (flèche bleue) ne doivent se toucher que lorsque la tige sous la flèche verte est actionnée.
Or, ici, les grains de contacts se touchent en permanence. Dysfonctionnement assuré.

D’ailleurs, ont le voit sur cet autre jeu de lamelles.

Celles-ci sont dans la bonne posture.

En revanche, Les contacts suivants sont trop écartés. La liaison électrique entre eux ne sera jamais faite.

Sur la vidéo, on voit la tige (rollover) actionnant la lamelle.
Les deux grains étant trop espacés, ils ne touchent pas.

L’outil cambreur permet de remettre aisément tout ce petit monde dans le droit chemin.

Dans encadré, l’étiquette précise, sans discussion possible, la valeur du fusible : 1 ampère.

Celui installé est de 8 ampères. Naturellement il est remplacé.

 

Le relais suivant composé de plaques en cuivre est également contrôlé et nettoyé.

C’est plus agréable quand c’est propre comme ça. Mais surtout ça permet aux liaisons électriques de se faire correctement.

 

Les points d’éclairages sont les suivants à passer au contrôle.

Ampoules usées, noircies, opaques.
Ampoules, douilles et inserts à l’inspection.

 

Retrait des ampoules, léger ponçage des douilles, nettoyage des inserts.
Les inserts sont les sortes de pastilles qui doivent être translucides pour laisser passer un bel éclairage coloré, vers le plateau de jeu.

 

 

 

Remplacement des ampoules et essais.

 

Le reste des points des éclairages est ainsi contrôlé, ajusté.

 

 

Le douille suivante a un souci de liaison. Il n’est pas indispensable de la remplacer, une bonne soudure répare la situation.

 

 

Avec un peu de pénombre, ça donne une jolie photo.

 

Le « Bonus Unit », ce bloc double face, chargé de mémoriser les bonus récoltés par le joueur pour les créditer au score lorsque la bille est perdue.

Celui-ci n’échappe pas à la règle, il a besoin d’un peu de soins.

On voit qu’il ne fonctionne pas bien. Lorsque la bobine est actionné, la came tournante doit avancer d’un cran.
On voit que l’avancement est laborieux.

Retrait de la plaque tournante pour nettoyage des patins et rivets.

 

Au fil des années, les salissures s’accumulent.

 

Rien de grave, ça se nettoie très bien.

Sur l’autre face, il faut vérifier les ressorts et le bon fonctionnement des parties mobiles.

La goutte d’huile.

Le léger ponçage des grains de contact.

 

Désormais le « Bonus Unit » tourne correctement.

Lorsque les batteurs sont sollicités, une bobine attire noyau (cylindre métallique). Ce noyau entraîne une mécanique pour soulever le batteur.
La puissance de plongée du noyau est importante. En effet le batteur va envoyer valdinguer la bille au loin.

En fin de course, le plongeur heurte une butée (flèche mauve). Plongeur et butée sont comparable à un marteau et une enclume.
La butée est ici bien fatiguée.

 

Flèche mauve, la butée du flipper. Flèche bleue, une butée neuve.

Je vais poncer le support et mette la nouvelle butée en place.

Ce sera la même opération pour l’autre batteur.

 

 

FRONTON CÔTÉ MÉCANIQUE

 

Contrôle et nettoyage des compteurs.

 

Retrait de la plaque cuivrée.

 

 

Une chose m’intrigue, les compteurs sont « gras ». Ils regorgent d’huile.

Nettoyage des plaques, ajustement des contacts.

 

 

 

 

Ici, le fil relié à la soudure est en passe de rompre.

Je referai cette liaison après la révision des compteurs.

 

À cette position du rouleau de chiffres, les contacts des lamelles cerclées sont corrects.

 

En revanche, à cette position du rouleau, les contacts ne devraient pas se toucher.
Ici, ils se touchent.
Avec l’outil cambreur, ce sera aisément réglé.

 

Les autres compteurs passent également la visite.

 

 

Sur le compteur suivant, la lamelle (flèche mauve) n’a plus de grain de contact.
Elle devrait avoir le même que celui sur la lamelle voisine (flèche bleue).

 

On le voit peut-être mieux, l’absence de grain de contact, sur la photo suivante.

Retirons le jeu de lamelles pour remplacer celle qui est défectueuse.

 

Après avoir souder le fil sur la nouvelle lame, c’est ok.

 

Par endroits, l’excès d’huile mise dans les compteurs et les contacts me pose des soucis.

La photo suivante montre une partie de compteur, la pièce (flèche mauve) est le plongeur. On voit combien il est gras.

 

Ce cylindre en coulissant dans la bobine, sous la plaque (flèche bleue), entraîne le rouleaux des scores pour ajouter des points.

Un plongeur ne s’huile pas, ne se graisse pas.
Sinon, le gras va agglomérer des poussières qui finiront par empêcher le plongeur de coulisser. Le compteur n’avancera plus.

Il faut éponger le plus possible d’huile.

Passons aux relais, ils s’impatientent.

Les trois relais du haut sont chargés de créditer les rouleaux de 10, 100 et 1000 points.

Les deux suivants s’occupent de la remise à zéro des scores lors d’une nouvelle partie.

Et le dernier, concerne la loterie.

Retrait des relais de leur support.
Serrage des vis de maintien, léger ponçage des contacts.

 

Le ressort de rappel de ce relais n’est pas en forme.
Il est exagérément tendu.

C’est le fameux relais chargé de déterminer la valeur de la loterie en fin de partie.

Il est enfermé dans deux plaques en cuivre.

On voit qu’il y a eu une tentative inachevée de nettoyage.

Ce type de relais doit être démonté pour le nettoyage.

 

Au dos de cette plaque, comme dans le compteurs, encore de l’huile.
On dirait que le flipper a séjourné dans une boite de sardines.

 

La plaque cuivrée est désormais correctement nettoyée et le ressort remplacé.

 

Passons au « Player Unit »

 

 

Retrait de la came tournante.

Les deux ressorts fléchés sont fatigués, trop mous.

Les ressorts ont en charge de faire pression sur les lames de cuivre afin que celles-ci fassent un contact bien franc avec les rivets.
Sur la photo suivante, plus proche, on voit mieux la fatigue des ressorts de droite.

 

Il n’y a rien de grave mais le remplacement de ces ressorts demande un peu de technique.

Je viens de remplacer le ressort (flèche mauve) on clairement la différence avec celui pas encore remplacé (flèche verte).

Pour cette opération, il faut dessouder les fils gainés de noir (flèches bleues). Ils sont soudés sur le haut des lames.
Ensuite, retrait de la lame, mise en place du nouveau ressort et soudure du fil.

 

Les deux ressorts remplacés.

 

Puis nettoyage des rivets et ponçage des contacts derrière le « Player Unit »

 

 

Il reste le « Replay Unit », le bloc affichant le nombre parties gratuites en stock.
Rien de particulier à signaler pour ce bloc, nettoyage des contacts, vérification du bon fonctionnement mécanique.

 

FRONTON CÔTÉ ÉCLAIRAGE

 

L’intérieur du fronton retiré, voici comment est la « Backglass »

Revenons à la partie éclairage.

Retrait des ampoules.

 

Léger ponçage des douilles.

 

 

 

 

 

 

Mise en place de nouvelles ampoules et essais.

 

 

 

PLATEAU

 

Retrait des décors et des caoutchoucs.

 

 

Retrait des ampoules. Elles sont sérieusement oxydées.

 

Ponçage des douilles et des contacts.

 

 

 

 

 

Puis passage de la soufflette pour évacuer les résidus.

 

 

 

Remise en place des ampoules et pour le plaisir, un petit test de remise à zéro.

 

C’est encourageant,

Maintenant il faut vérifier le bon comptage des points sur les quatre tableaux, le comportement du éléments du plateau…

 

Voyons le petit souci suivant,

Les couloirs possèdent un contact (rollover) devant donner des points lors du passage de la bille.

 

L’un des couloirs incrémente bien le score mais l’autre non.

 

C’est un problème classique dont la raison peut-être simple ou nettement plus complexe.
Ici, la raison est simple. Les grains de contacts sous le plateau ne se touchent pas quand le rollover est actionné.

Le grain de contact désigné par la flèche devrait être touché par celui qui descend.
Ici, ce n’est pas le cas, les points du couloirs ne sont pas donnés au joueur.

 

Avec l’outil spécifique cambreur, la lamelle est proprement ajustée.

 

 

On s’approche des finitions.

 La bobine du « knocker » est endommagée.
Le knocker est un petit ensemble produisant le célèbre bruit CLAC lorsque le joueur claque une partie.
C’est la récompense pour sa dextérité ou pour….. sa chance.

Il devrait y avoir à intérieur de la cosse de la flèche mauve, une cosse mâle comme comme à la flèche bleue.

La cosse femelle (flèche mauve) a été soudée  sur le fil très fin de la bobine.

 

Remplaçons la bobine par une en bon état.

En retirant les éléments de la bobine, on s’aperçoit qu’ici aussi il y a de l’huile à outrance. Le papier absorbant sera de nouveau employé pour retirer l’excès.

On se rend mieux compte sur la photo suivante.

Remplaçons également les cosses fatiguées.

 

Désormais les cosses on un support de maintien efficace.

 

La vidéo suivante montre le knocker lorsque une partie est « claquée ».

  • Le 1er plan est un loin, on le knocker globalement.
  • Le 2nd plan est rapproché on voit la montée du plongeur (cylindre métallique attiré par la bobine lorsque est sous tension)

 

Il y a également la barre du haut de la porte qui est un peu trop rouillé.

 

Il est brossé puis recouvert d’une peinture antirouille.

 

Un des moments fort de la révision, c’est le lavage de la vitre 🙂 
Tout est fonctionnel et à priori le flipper est prêt.
Je m’accorde généralement deux jours pour jouer et m’assurer que tout va bien.

 

 

Encore quelques micro-ajustements et on sera ok.

 

 

Le Surf Champ est prêt.

 

En route pour rejoindre sa gameroom.